Le 27 janvier 2020, la ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne a lancé avec le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, la feuille de route pour l’intégration progressive des biocarburants durables dans le secteur du transport aéronautique français. À terme, l’huile de friture, la graisse animale et d’autres déchets organiques recyclables en carburant seront amenés à se mélanger au kérosène.

Peut-on mettre son huile alimentaire dans le compost?

Faire voler les avions actuels avec 50 % de biocarburant d’ici 2050

Entrant dans le cadre de l’engagement pour la croissance verte (ECV) conclue entre l’État français et différents partenaires privés en 2017, l’appel à manifestation d’intérêt inscrit dans la feuille de route signée en début d’année vise à mettre en place une filière française pour la valorisation de l’huile de friture en tant que biocarburant aéronautique. L’opération devra avoir un impact à court terme puisqu’il est prévu de faire voler les avions commerciaux avec 2 % de biocarburant durable d’ici 2025, puis 5 % d’ici 2030 pour atteindre 50 % en 2050.

Le secteur de l’aviation essuie aujourd’hui une critique acerbe de la part d’un nombre croissant de consommateurs, notamment à travers le hashtag #flygskam qui permet d’afficher sa honte d’embarquer à bord d’un aéronef à cause de son empreinte carbone élevée. Bien plus qu’un geste pour la planète, l’intégration de l’huile de cuisson revalorisée sera donc pour les entreprises touchées un véritable enjeu commercial

L’huile de friture, un carburant aux multiples avantages

L'huile de friture en biocarburant : une réalité

Au lieu de jeter l’huile, revalorisez-la !

Actuellement, le biocarburant concerne 0,1 % seulement du volume total du carburant utilisé. L’utilisation à grande échelle de l’huile de friture pourrait pourtant diminuer de façon drastique l’empreinte carbone des lignes commerciales, jusqu’à 60 à 80 % de CO2 en moins comparé au carburant fossile. Actuellement, le secteur aéronautique produit 2 % de l’émission totale dans le monde. Un virage biologique est donc primordial.

Cinq géants français, à savoir Airbus, Air France, Suez, Safran et Total sont déjà impliqués dans l’ECV, mais le manque de proximité avec les consommateurs ne permettent pas encore de tirer profit de la quantité d’huile de friture et de graisses animales non consommées. On ne récolte ainsi que 5 % de l’huile usagée que nous utilisons. Le reste disparaît dans nos éviers, bouchant par la même occasion les canalisations. En privilégiant le circuit court dans la collecte des huiles usagées, notamment avec son récipient réutilisable Olibox, La Baraque à Huile ambitionne de ramener ce pourcentage à 20 %.

Des avions qui volent à l’huile de friture, une réalité

Cela peut surprendre certaines personnes, mais il existe déjà de nombreux avions qui volent avec de l’huile de friture. En 2017, la compagnie aérienne suédoise BRA a fait voler un ATR-72, un modèle d’avion à hélices capable d’emporter 75 passagers, avec un carburant composé de 45 % d’huile usagée recyclée. En 2015 déjà, la compagnie chinoise Hainan Airlines a effectué une liaison entre deux villes du pays avec un Boeing 737 chargé avec un carburant composé à 50 % d’huile de cuisson.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles.

Bravo

Share This