Recycler l’huile de friture pour le réservoir des véhicules diesel est aujourd’hui possible. Même si le volume de l‘huile usagée revalorisée est encore négligeable, ce secteur commence à attirer les acteurs au niveau local et national.

Une ressource de 120.000 tonnes disponible par an

Chaque année, ce sont plus de 120.000 tonnes d’huile de friture qui sont générées par les foyers et les professionnels de la restauration. Cette quantité exceptionnelle n’est malheureusement pas mise en valeur. Une grande majorité a encore le réflexe de jeter l’huile usagée dans nos éviers. Malheureusement, ce geste dégrade la qualité de l’eau. Par la suite, le risque de boucher les canalisations est plus grand. Le simple geste de collecter son huile est une action engagée en faveur de la planète. Par la même occasion, vous participez à l’épanouissement d’un secteur encore loin de se développer. L’Olibox de la Baraque à huile a été développée pour faciliter cette collecte pour les particuliers.

Un Olibos pour faciliter la collecte des HAUBiocarburant à l’huile de friture : des tests concluants à travers le monde

En Europe, et notamment en Allemagne, on roule au carburant HVO (huile hydrogénée) sans restriction. La marque Volkswagen a d’ailleurs testé un biocarburant à partir d’huile de friture pour les chaudières. Les véhicules diesel peuvent également rouler avec ce carburant. Dénommée R33, cette source d’énergie durable a été testée en interne avec succès. Plus récemment, le constructeur Ford a lancé un moteur diesel signé EcoBlue. Il est capable de rouler avec un carburant composé à 100 % d’huile usagée conditionnée pour la route (Source Autoplus). Des modèles de voiture Transit intègrent déjà cette motorisation. En Inde, les camions du groupe McDonald’s roulent depuis quelques années à de l’huile recyclée produite par l’entreprise elle-même.

L'huile de friture en biocarburant : une réalité

En Inde, les camions roulent à l’huile de friture

Le cas de la France : une législation encore trop restrictive

En France, McDonald’s collecte aussi les huiles de friture. Mais la législation trop contraignante a contraint le géant du fast-food à rapatrier le produit usagé en Allemagne. En France en effet, les moteurs conçus pour le biodiesel HVO n’ont pas encore reçu l’aval de l’administration fiscale. Le biodiesel issu du recyclage d’huile de friture est possible uniquement pour les flottes captives. En clair, seuls les camions et les utilitaires d’entreprises, sous des conditions drastiques, peuvent intégrer du HVO dans leur réservoir. Pour les particuliers, il faut obligatoirement passer par les stations-service. L’incorporation de l’huile recyclée est malheureusement très négligeable. Un aménagement de la loi pourra rendre ce secteur bien plus attractif et incitera les particuliers à recycler son huile de friture.

Collecte d’huile de friture en France : géants de l’énergie ou acteurs locaux ?

Des géants de l’énergie comme Suez et Total s’engagent aujourd’hui dans la transformation de l’huile de friture. Parallèlement, des acteurs locaux privilégient le circuit court pour cette tâche. Cette concurrence est source de frustration pour les associations et les entreprises qui travaillent au niveau local ou régional. Ils voient dans l’action des multinationales de simples gestes de communication. Ce manque de synergie est l’un des principaux problèmes de l’Hexagone et empêche la filière de se développer sereinement.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles.

Bravo

Share This