Total amorce petit à petit son virage vers l’après-pétrole. Si l’action est encore marginale, elle mérite d’être mise en lumière. En effet, le géant pétrolier a décidé d’arrêter les activités de raffinerie de pétrole de son site de Grandpuits d’ici 2023. Le groupe vise à convertir progressivement le site vers la production de biocarburant et de bioplastique.

Reconversion de Grandpuits : le biocarburant comme alternative à un remplacement de pipeline

Après une fuite détectée sur le pipeline qui relie le site au port du Havre, Total a estimé le coût de son remplacement. Celui-ci s’élève alors à 600 millions d’euros. Dans le contexte actuel qui voit se renforcer les engagements écologiques de l’Etat français, les dirigeants ont calculé une rentabilité incertaine sur le long terme. A la place, il a été décidé de mettre en place trois unités de production.

  • La première unité, la plus importante, abritera la production de biocarburant pour le secteur aéronautique. Au total, 170.000 tonnes par an sortiront du site.
  • Le second site sera consacré à la production de 120.000 tonnes de biocarburant par an à destination des véhicules routiers.
  • Le troisième site accueillera la fabrication de bioplastiques, à hauteur de 50.000 tonnes annuelles.

Le total des investissements prévus s’élève à 500 millions d’euros.

Priorité aux huiles usagées et aux graisses animales

Pour minimiser l’impact de la production sur les ressources naturelles, Total Grandpuits accorde la priorité aux graisses animales et à l’huile de friture usagée pour  la production du biocarburant. Elles mettront à contribution les intrants locaux et européens. Pour atteindre le quota annuel de production, le site utilisera également de l’huile de colza produit en France et dans les pays alentours.

Le site de Grandpuits exclut l’usage de l’huile de palme dans sa production. On connait en effet les ravages de cette sur les forêts tropicales d’Asie.

Les sites seront en grande partie alimentés par l’électricité produite par deux nouvelles unités de production photovoltaïque. Grandpuits produira ainsi 28 MWc provenant des rayons solaires, tandis que Gargenville fournira 24 MWc.

Ne jetez pas votre huile de friture usagée !

BAraque à huile : pour la collecte de l'huile de friture usagée.

La Baraque à Huile est reconnaissable à ses couleurs.

Le site de Grandpuits n’est pas le seul à produire du biocarburant en France. Le ministère de l’Ecologie a déjà référencé une douzaine de sites français, dont une bonne partie produit du biodiesel. Ne jetez donc plus votre huile de friture usagée. En plus de boucher les canalisations, cette mauvaise habitude gâchera de précieuses ressources pour donner une seconde vie à vos produits alimentaires.

La Baraque à Huile a été mise en place dans l’objectif de faciliter la collecte des huiles usagées. Vous n’avez pas à vous préoccuper de chercher le récipient de stockage. L’Olibox vous facilite la vie avec son design optimisé. Une fois l’huile refroidie, vous n’aurez qu’à y verser les résidus d’huile. Lorsqu’elle sera remplie, ramenez la boîte auprès des points de collecte. Déposez-la et récupérez-en une propre.

La quantité d’huile collectée partira en déchetterie pour être revalorisée par les filières spécialisées. En plus du biocarburant, certaines entreprises utilisent aujourd’hui l’huile usagée pour fabriquer de l’encre d’imprimerie, du savon, du plastique…

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles.

Bravo

Share This