A petite ou à grande échelle, la production du biocarburant est définie par l’utilisation à laquelle il est destiné. En fonction du moteur à alimenter en énergie en effet, les méthodes varient. Voici les différentes sources de ce carburant et les méthodes pour les transformer.

Les plantes riches en sucre pour faire du bioéthanol

Le bioéthanol est une alternative efficace à l’essence et intégrée à 85 % dans l’E85. Il est aujourd’hui distribué dans de nombreuses stations-service françaises et européennes. Sa production se fait désormais de manière industrielle pour assurer la consommation croissante des conducteurs. La France, premier pays producteur en Europe avec 22 % du volume.  On produit actuellement 340 millions de litres destinés aux voitures, soit près de 3 % de la consommation nationale.

Maïs : source de biocarburant

Du maïs pour faire du biocarburant à base d’éthanol

La grande partie de l’éthanol français est produit avec des céréales, principalement du maïs et du blé. Vient par la suite la betterave à sucre. Avec 3 % seulement de la production totale consacrée à la culture destinée au biocarburant, l’impact sur l’alimentation est quasi nul.

Pour transformer les céréales en alcool, on les transforme tout d’abord en amidon que l’on traite par hydrolyse afin d’obtenir du glucose. C’est ce glucose qu’on fermente puis distille par la suite. Pour la betterave à sucre, on extrait directement le saccharose pour la fermenter et la distiller.

Au Brésil et dans d’autres pays exotiques comme la Thaïlande ou l’Indonésie, le biocarburant éthylique est fabriqué à partir de la canne à sucre avec la même méthodologie que pour la betterave à sucre.

Le biodiesel à partir des plantes oléagineuses et la graisse animale

Le biodiesel est essentiellement fabriqué à partir des plantes oléagineuses. En France, le colza est en tête de liste avec 5,4 millions de tonnes affectées, tandis qu’aux États-Unis, le soja est à la tête des récoltes dédiées au biocarburant. Le pays de l’Oncle Sam est d’ailleurs à la tête de la production mondiale de biodiesel 15 % du volume. En Europe, l’Allemagne est en tête avec  9 % de la production internationale. La France est à la cinquième place avec un peu moins de 7 % (chiffres 2017). Dans les pays de l’Asie du Sud-est comme l’Indonésie ou la Malaisie, l’huile de palme est de plus en plus utilisée pour le biocarburant. Au sein de l’Hexagone, 80 % de ce produit importé est utilisé pour le biocarburant. Dans toute l’Europe, cette proportion passe à 50 %.

Produire du biodiesel avec de l'huile de palme

L’huile de palme de plus en plus utilisé pour le biocarburant

Pour produire du biodiesel à partir de l’huile extraite des plantes, il y a deux méthodes. En premier lieu, il y a la transestérification qui consiste à combiner de l’huile et de l’alcool (éthanol ou méthanol) avec un catalyseur. Le deuxième procédé est l’hydrogénation. Ce procédé breveté consiste à remplacer l’alcool par de l’hydrogène. Son avantage est d’être moins nocif dans le moteur grâce à un nombre plus faible de particules dangereuses.

Actuellement, les microalgues sont en cours d’étude pour produire du biocarburant avec un plus faible impact sur l’écosystème. Ce sont généralement des organismes unicellulaires que l’on cultive pour les transformer en biodiesel ou en biokérosène pour les avions. Leur grand intérêt est leur capacité à absorber le CO2, tout comme les plantes.

Transformer les microalgues en biocarburant

Les microalgues : biocarburant du futur

Recycler l’huile de friture pour faire du biocarburant

Une manière plus durable de produire du biodiesel est de revaloriser l’huile usagée des foyers et des établissements de restauration. Chaque année en effet, on jette plus de 60 millions de litres d’huile de friture et assimilés, dont 5 % seulement sont collectés et recyclés auprès des déchetteries. La Baraque à Huile encourage fortement la collecte des huiles habituellement jetées dans nos éviers. Le principe est simple, munissez-vous d’un Olibox, un bac de collecte facile à transporter. Une fois plein, rapportez-le à une déchetterie équipée d’une baraque à huile. Déposez-le et prenez un autre Olibox propre. Vous pourrez tout à fait effectuer ce petit détour lors de vos courses. La planète vous remerciera.

Huile usagée : l'Olibox comme solution

Ramenez l’huile de vos friteuse dans un Olibox

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles.

Bravo

Share This